Nos actualités

Découvrez toutes nos actualités

Postée le 20/02/2018

Le végétarisme et végétalisme n'est pas sans risque

Un risque presque deux fois plus élevé de dépression chez les personnes végétariennes

 

FedeV (Fédération des entreprise de viande) avait demandé aux EGA (Etat Généraux de l'Alimentation) des études objectives au soutien de la filière, Londres l’a fait !

Des  chercheurs  britanniques  de  l'université  de Bristol ont constaté un risque presque deux fois plus élevé de dépression chez les personnes végétariennes, constatant des carences en vitamines et minéraux chez ces individus. Exclure la viande de son alimentation expose à deux fois plus de  risque  de  dépression, conclut l’étude britannique  publiée  dans  le Journal of  Affective Disorders  de juillet 2017, qui confirme ainsi le lien entre alimentation et troubles de l'humeur. Parmi le panel de 10.000 participants suivis par les chercheurs de l'université de Bristol au Royaume-Uni, 350 étaient végétariens. D'après les résultats, près de 50% des végans qui excluent les produits d'origine animale comme le lait, la viande, le miel et les œufs, et 7 % desvégétariens présentaient une carence en vitamine B12, qui joue un rôle important sur la régulation de l'humeur. À partir du moment où toute chair animale est exclue,  il  est  important  de  prendre  une  supplémentation  en  vitamine  B12  (sous  forme  de  gélules  ou d'ampoules) pour éviter l'anémie et veiller au bon fonctionnement du cerveau.

La B12 ne se trouve pas dans la nature et très peu dans les produits laitiers et les oeufs. Autre constat : les végétariens de l'étude consommaient plus de noix (noix de Grenoble, noix de Brésil), riches en omégas - 6, des acides gras associés à un risque accru de problèmes de santé mentale, car pro-inflammatoire, contrairement aux  omégas-3,  surtout  présents  dans  les  poissons  gras type  sardines,  maquereaux  et  saumons.  Les chercheurs soulignent qu'une consommation peu élevée de poissons gras est associée globalement à un  risque  plus  grand  de  symptômes dépressifs.  En  cas  de  régime  végétarien,  les  bons  acides  gras essentiels  (oméga-3)  bons  pour  le  moral  sont  à  chercher  dans  les  graines  de  lin,  graines  de  chia écrasées  ou moulues,  dans  la  mâche,  les  amandes,  l'huile  de  colza  et  huile  de  chanvre.  Les  autres facteurs  de  risque  de  troubles  de  l'humeur  incluent  un  taux  élevé  en  phyto-oestrogènes, issus  d'un régime riche en légumineuses, légumes et soja, indique l'étude. De précédentes recherches ont montré que la plupart des personnes végétariennes manquaient de vitamines et denutriments: vitamine B12, fer,  calcium,  vitamine  D,  protéines  et  omégas-3,  car  elles  manquaient  d'informations  nutritionnelles. Selon une enquête Harris Interactive publiée en février, 32% des Français déclarent consommer moins souvent de la viande qu'il y a 2 ans, suivie par le lait avec 27% de déconsommation comparativement à la même période. Les personnes ayant adopté un régime végétarien seraient 2% aux États-Unis et 4% en  France. Compte  tenu des  risques  pour  la  santé  de  tels  régimes  carencés  en  vitamines essentielles pour la vie, il est essentiel d’anticiper sur l’émergence de pathologies graves dans les prochaines années. Et cela sans parler des conséquences dans les rythmes de travail... En résumé, sauf à ingére des ampoules de vitamine B12 de synthèse, mangez de la viande et des produits tripiers, raisonnablement!

 

 

retour